dans Informations, Médias

Ce sont les conclusions issues des résultats d’une étude scientifique publiée le 14 février dernier par la revue BMJ Open.

Cette étude  a été menée au Japon, de 2008 à 2013, auprès de 60.000 personnes atteintes de diabète de type 2. Au cours de leur suivi, les participants ont été interrogés sur la vitesse à laquelle ils mangeaient (rapide, normale ou lente), ainsi que sur d’autres habitudes quotidiennes dans la prise des repas (dîner dans les deux heures avant le coucher, prendre une collation après le dîner, sauter le petit-déjeuner).

Les résultats ont montré que ralentir la vitesse à laquelle on mange, et éviter de manger dans les deux heures précédant le coucher, étaient fortement associés à une diminution de l’obésité, de l’IMC (Indice de masse corporelle) et du tour de taille.

Pour les chercheurs, cette corrélation pourrait être due au fait que ceux qui mangent trop vite ont besoin de plus de nourriture pour se rassasier, ce qui augmente donc leur apport alimentaire et calorique.

Se forcer à manger plus lentement, par exemple en posant sa fourchette sur l’assiette entre chaque bouchée, serait donc une bonne approche pour les personnes souhaitant perdre du poids, ou tout simplement pour celles qui souhaitent garder un poids de forme.

Pour consulter l’article scientifique:

Y, Fukuda H.Effects of changes in eating speed on obesity in patients with diabetes: a secondary analysis of longitudinal health check-up data. BMJ Open 2018;8:e019589. doi:10.1136/bmjopen-2017-019589.

A voir aussi

Ecrivez et appuyez sur « Entrer »

MENTIONS LÉGALES

Armand NEBLE : photographe, infographiste, créateur web

Site développé par Armand NEBLE